[pxn_tldr]

Vous avez à cœur de devenir chauffeur VTC? Avant toute chose, vous devez vous informer de toutes les réalités liées à ce métier. Des plateformes ont vu le jour et mettent en relation les passagers avec des chauffeurs, et celles-ci connaissent présentement un développement fulgurant. Aujourd’hui être un conducteur de VTC est un métier à part entier dont le but est de mettre à la disposition des gens des voitures de transport avec chauffeur. Pour embrasser ce job, le respect de 3 étapes essentielles est important.

Étape 1: Obtention de la carte professionnelle de chauffeur VTC

Commencez par le début en allant demander votre carte professionnelle de chauffeur VTC à la préfecture de votre domicile. Si vous vivez à Paris, vous pouvez vous rendre à la préfecture de police. Sachez que les modalités d’obtention de la carte professionnelle de chauffeur VTC dépendent de la préfecture compétente. Vous pouvez les recevoir par courrier, en ligne ou sur place. Ayez donc en tête que vous devez absolument vous rapprocher de votre préfecture pour obtenir votre carte VTC.

Pour devenir un chauffeur vtc à la rochelle ou ailleurs en France, la présentation de divers documents est nécessaire. Il s’agit principalement d’un justificatif de domicile, d’un permis B qui est en cours de validité et que vous possédez depuis plus de 3 ans, une pièce d’identité, une attestation d’aptitude physique au transport public de personnes (document similaire à un certificat médical dont la délivrance est assurée par un médecin agréé qui a son nom sur une liste disponible en préfecture). Aussi, vous avez l’obligation de présenter votre attestation de réussite à l’examen VTC ou tout document qui prouve que vous bénéficiez d’une expérience d’un an minimum dans ce domaine durant les 10 années qui précèdent votre demande. Si vous n’avez pas cette expérience, alors le passage de l’examen VTC s’impose à vous.

Notez qu’avant la date du 1er janvier 2016, le candidat avait la possibilité de suivre une formation préalable de 250 heures. Celle-ci est aujourd’hui remplacée par un examen.

Étape 2: Création d’une structure juridique

Quelle que soit l’activité professionnelle que vous comptez mettre sur pied; la création d’une structure juridique est indispensable. Cela permet aux services des impôts de vous connaitre afin de vous taxer proportionnellement à vos revenus.

Si vous êtes un chauffeur VTC indépendant, vous pouvez décider d’exercer dans une entreprise individuelle qui est ou non du régime micro entreprise. Une société commerciale unipersonnelle est aussi un choix possible.

En cas de création de votre propre entreprise VTC, sachez que le statut d’auto-entrepreneur est particulièrement intéressant à cause de sa simplicité.

Notez toutefois qu’avec ce statut, vous n’avez pas le droit de dépasser un chiffre d’affaires annuel de 70 000 €. Si vous allez au-delà de ce seuil, on vous fera basculer au régime de droit commun de l’entreprise individuelle qui n’est pas très avantageux sur le plan social et sur le plan fiscal. En cas de choix d’une société commerciale unipersonnelle, comme EURL et SASU, vous serez confronté à des formalités comptables et juridiques assez complexes. Cependant, ce type de société est avantageux en ce sens où vous pourrez déduire vos charges d’exploitation qui sont nombreuses dans ce boulot, il faut le reconnaitre.

Étape 3: Inscription au registre des VTC

La dernière étape est de vous inscrire au registre des VTC. Dès la création de votre entreprise de transport, vous avez l’obligation de vous enregistrer sur ce registre pour avoir droit à la licence VTC. À la demande que vous formulerez à cet effet, vous joindrez divers documents, notamment votre carte VTC, votre extrait K-bis de l’entreprise, votre assurance RC professionnelle et la carte grise du véhicule. Prévoyez le paiement de la somme de 170 € comme frais d’inscription.

Béatrice Lecomte
A propos de l'Auteur

Voir les Articles